[Janvier 2002] La piste aux étoiles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
XP :
- 31
XP utilisée :
- 31

Message Sujet: [Janvier 2002] La piste aux étoiles   Mar 7 Nov - 22:32
Quartiers sud

Le soleil dardait ses premiers rayons sur la « ville des vents » en cet fin de période hivernale. A défaut de faire remonter la température ambiante, ce dernier avait pour avantage de réchauffer les cœurs des habitants de Chicago. C'était quand même mieux que la pluie ou la neige, fréquentes en cette saison sur l'Illinois et plus généralement dans tout le Midwest. Gina émergea lentement d'un sommeil réparateur. La jeune femme à la crinière noire de jais n'était pas du matin et ceci était particulièrement vrai lorsque le mercure fleurtait avec les zéro degrés. Alors qu'elle profitait un peu trop longtemps de la chaleur de sa couette en position fœtale, La porte de sa chambre s'ouvrit brutalement et vint heurter le mur dans un immense fracas.


- Debout Gina, tu vas être en retard. Il est déjà 7h ! beugla Candace, son amie et colloc' afro-américaine.

Gina exprima sa surprise de manière fort familière avant de bondir du lit avec la grâce d'un chat. Enfin disons qu'elle aurait préféré. En vrai, la jeune femme se prit les pieds dans sa couette et fit une sorte de roulé-boulé avant de finir sa course contre les battants de son placard... Elle jura de nouveau avant de se dépêtrer de ses entraves et d'envoyer valser son pyjama à l'autre bout de la pièce. Elle farfouilla ensuite rapidement dans son armoire à la manière d'un chien creusant un immense trou et s'habilla avec ce qui lui passait entre les mains. Gina fit ses ablutions et faute de temps, ne soigna ni son look, ni sa coiffure. Elle se contenta de passer ses mains mouillées dans ses cheveux avant de valser en dehors de ses quartiers. Elle empoigna sa guitare et sortit de l'appartement sous les encouragements de sa collocatrice.


- A plus ! se contenta-t-elle de hurler en sortant.

Gina ne fit pas deux mètres avant de revenir et de prendre son porte feuille et ses clés. C'était le grand jour, sa dernière chance de faire carrière et ce dernier avait à peine commencé que la jeune femme était déjà à l'arrache. Ça n’augurait rien de bon pour la suite...




Il fallut plus d'une heure à Gina pour arriver dans le centre-ville, sur le lieu qui canalisait tous ses espoirs : Le Cultural Center. Le célèbre bâtiment était ce jour là le centre de toutes les attentions. Sur un modèle britannique, un nouveau genre de télé-crochet voyait le jour : American Idol ! Une sorte de croisement entre un concours de chant et une émission de télé-réalité. Ce programme avait fait fureur outre-atlantique et tout le monde s'accordait à dire qu'il en serait de même dans le pays de l'Oncle Sam. A peine la jeune femme était descendue du bus qu'une immense file se présentait devant elle, faisant tout le tour du bâtiment en question.

- Fuck me !

Abasourdie par tout ce peuple présent de si bonne heure, Gina ne put s'empêcher de soupirer, pensant même à rebrousser chemin. Elle lutta quelques instants contre ses démons intérieurs avant de se mettre en bout de queue. Elle s'adossa contre le mur les bras croisés, son regard légèrement hagard balayant distraitement la foule.

A la vue de la faune locale, Gina se demanda ce qu'elle fichait là. Ca ressemblait plus à une convention de comics qu'à un concours de chant. Les gens étaient sapés de manière trop bizarre. En même temps c'était l’hôpital qui se foutait de la charité. La jeune femme était affublée d'un espèce de patchwork de jeans, de cuir et de coton multicolore assez criant de mauvais goût... Et comme si cela ne suffisait pas, elle était venue toute seule. Si elle avait su, elle aurait embrigadée sa colloc'. Pour en rajouter une couche, elle n'avait rien préparé à manger...

La journée risquait d'être longue, très longue.


Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar
XP :
- 15

Message Sujet: Re: [Janvier 2002] La piste aux étoiles   Ven 10 Nov - 0:24
"Miaou.

-Hmmm...


-...Miaou. Un coup de patte tapa contre le visage d'un homme préalablement groggy. Le félin venait à peine de s'écarter qu'une voix grave pesta.

-Putain Aramis, laisse-"

Instinctivement, le regard pers du jeune homme dériva sur les aiguilles carmines de son réveil. 6H45, une heure banale en temps normal. Reste qu’aujourd’hui, les nombres se bousculaient en pleine matinée dans l’esprit du futur musicien. 6 heures 45. 45 minutes, et 2 minutes. Si le fidèle félidé se léchait calmement la patte, le pauvre brun aux cheveux hirsutes venait de sauter hors de son lit et de filer à l’arrière de la pièce, d’où le bruit sourd d’une porte coulissante s’était fait entendre. La journée commençait et le chronomètre défilait déjà sans pitié.

6H45 pour commencer à préparer la journée. 45 minutes, pour contenter son estomac, se doucher, se coiffer. 2 minutes pour fermer à clef la porte et descendre le palier…6H45. 45. 2. Bref, un timing relativement peu aisé à maintenir lorsque l’on considérait le Temps. Le Temps, cette maîtresse amère et cupide. Ce matin, même la cafetière italienne avait fait des siennes. Elle avait rongé des secondes par milliers, elle avait léché lentement la buée condensée contre le métal chaud, et elle avait fini par cumuler longuement les gouttes en son plafond. Tout cela, pour compléter la potion du café en véritable compte-goutte. Tout cela oui, pour imposer son propre rythme stressant. Le fait était qu’Enzo ne sortait jamais sans cette drogue du travailleur. C’était sa clef de partition, son instrument à cordes; sa bouée de secours.

Arrivé devant la bâtisse aux milles voûtes, la file d’attente parlait d’elle-même : le batteur avait réussi à gagner le ticket de l’audition tardive. Terminé, l’espoir d’une attention rapide et d’un choix immédiat. Désormais, il lui fallait prier pour une simple place. Durant les premières minutes, il fit la queue comme tout le monde, mais Enzo était différent à cette époque : un peu plus con. Enzo, c’était le type qui plaçait une main sur l’épaule d’un homme trop timide pour l'intimider dans un premier temps, puis pour rejoindre un ami devant lui. La tentation n’avait été outrepassé qu’une seule fois, mais c’était déjà bien suffisant.

Car en vérité, c’était cette même intimidation naturelle qui lui faisait défaut : difficile de percer quand on a soi-même peur de céder à l’Appel de la Bête. Parfois pourtant, il affrontait sa peur du social en groupe.

Avec ces connaissances, ils ricanaient, ils étaient jeunes et légèrement brusques. On devinait là une sorte de trio de classe, un petit groupe qui tentait de percer et de rester soudés bien malgré la pression de l’audition. Il y avait un pianiste, allure svelte quoique pleine d'assurance, et un violoniste aux allures un peu écossaises. Et il avait Enzo Wagner, fausse guitare pour l'heure.

En arrivant, ce fut son ami pianiste qui le salua en premier.

« T'arrives un peu en retard ouais, mais on a tout de même notre chance.
- Et au pire, les auditions sont parfois enregistrés, ça pourrait nous amener à nous faire repérer.
- Boh, tu sais…J'aimerai beaucoup que ça se passe ainsi hein. Mais au cas où, t’es conscient tout de même que les toquards comme nous habituellement, ils s’en foutent ? Qu’on est peut-être voué à briller pendant une misérable seconde dans cette émission, pour aussitôt se faire oublier ? Alala…les joies de l’audition… »


Rabat-joie ? Jamais, sa joute verbale n'était que taquinerie, et son sourire aux lèvres ne trompaient pas. Mais dans le fond, il ne faisait que replacer les espoirs amicaux dans leur contexte actuel : une possibilité s’offrait à eux, certes. Mais la saisir demandait beaucoup plus de minuties…Et ça passait par le talent et l’allure pour cette émission. Ou autrement dit, la pseudo-héritière mixte de America's next Top Model version Chant. La première image que les gens se feront d’eux serait en quelque sorte la signature pour la suite de l’aventure. Lui? Il était habillé d’une veste en cuir rouge ainsi que d’un T-shirt noir mais simple, de quoi taper dans l’œil mais de façon équilibrée. Il n’y a que son sourire goguenard qui tranchait véritablement.

« Je pense…Que le gars devant nous a surtout une grande gueule. Ca s’entend. Quant aux autres… » Les avis s’échangeaient ni trop fort, ni trop bas. C’était aussi assumé que les commérages qui avaient également lieu entre les autres groupes. Une curiosité, basée sur une seule observation détaillée. En outre, un pari. Puis finalement, son regard se posa sur une silhouette à quelques places de la leur. Il s’agissait d’une jeune femme, joli minois et cheveux en bataille quoiqu’il restât un point obscur dans tout ce beau portrait. « Quant à elle, elle doit être…rapide d’exécution, je suppose. Originale, surtout... »

Originale. Ce fut le meilleur qualificatif pensé par ses soins. Indéniablement, elle avait un certain charisme, une chose qu’on ne percevait pas tous les jours, on l’a, où on l’a pas mais…Mais quel choix de fringues. Peut-être était-elle relativement douée pour emprunter une telle assurance, une audace qu’ils devraient tous rendre par la talent.

« Pff, en vrai t’es trop gentil pour ce que t’en dis. T’es une preuve à toi seul.
-Mais oui, c’est ça…On va dire que c’est mon cœur d’artichaud qui parle durant notre passage à l'abattoir, tant qu’à faire...


Des rires avaient éclaté. Malgré tout, ils leur seraient plus aisés de penser à autre chose lorsqu’il franchirait le pas de la porte. La réussite était toujours une perspective bien alléchante…


Voir le profil de l'utilisateur
avatar
XP :
- 31
XP utilisée :
- 31

Message Sujet: Re: [Janvier 2002] La piste aux étoiles   Sam 11 Nov - 11:08
Au sein d'une foule sans cesse croissante, Gina n'était pas à son aise. La jeune femme n'était pas asociale loin de là mais la patience n'avait jamais été son fort. Rester plantée là, avançant de quelques mètres toutes les cinq minutes constituait une véritable torture aussi bien physique que mentale. Le pire dans tout ça résidait dans le fait qu'il s'agissait sans nul doute d'une présélection. Gina n'imaginait pas une seule seconde que son court passage en ce jour devant un parterre de juges à l'expertise douteuse allait la mener direct sur un plateau télé et plus généralement jusqu'à la gloire. Mais bon, elle restait optimiste. C'était ni plus ni moins que sa dernière chance alors elle faisait un effort...

Dans la queue, plusieurs groupes s'étaient formés. Certains s'étaient regroupés par affinité comme un petit cercle amateur de reggae situé à une petite dizaine de mètres derrière Gina. Elle aimait bien ce genre de musique bien que cela ne soit pas sa spécialité. Fermant les yeux, toujours adossée au mur du bâtiment sa guitare à ses pieds, elle s'imprégna du rythme entraînant et presque mystique de cette musique des caraïbes. Alors que la jeune femme commençait enfin à se détendre et oublier un peu le contexte pesant de l'occasion, une voix masculine nasillarde et fausse la sortit de sa transe. La rockeuse jeta un coup d’œil dans sa direction et aperçut un beau gosse, sapé à la toute dernière mode. Après cinq minutes interminables à vouloir imiter Lucio Dalla et son célèbre Caruso, à la manière de Pavarotti. Une manière sans doute de se mettre en avant et de montrer ses capacités vocales... Une cover horrible qui pourtant sembla plaire à son entourage immédiat. Ca aurait du lui mettre la puce à l'oreille. American Idol était certes une émission pour dénicher des talents mais aussi une sorte de concours de beauté et de style. Gina garda ses remarques pour elle mais son dédain était évident.

La jeune femme n'avait pas eu le temps de peaufiner son look et elle commençait à légèrement le regretter. Tout le monde avait l'air au sommet de sa forme. Elle ne put s'empêcher de passer sa main dans ses cheveux pour tenter une énième fois de les plaquer vers l'arrière. Une entreprise qui était vouée à l'échec, sauf si elle trouvait une bouteille d'eau ou genre un vase... Alors qu'elle tentait tant bien que mal de se refaire une beauté en essayant d'appliquer de la salive sur ses mains, Gina croisa le regard inquisiteur d'un mec. Embarrassée, elle se hâta d'essuyer ses mains sur ses fesses comme si de rien était, espérant que ce dernier n'ai rien vu.

Certains étaient venus ensemble, à l'instar du groupe d'amis juste devant elle dont faisait partie le curieux qui venait de la mater. Ca discutait et se charriait à tour de bras. Ils avaient l'air très soudés et, à la vue de leurs instruments, ressemblaient à de vrais musiciens. Gina se sentait bien plus proches de ces gens que de la majorité de poseurs qui présents en ce jour. Elle aurait adoré faire partie d'un tel groupe d'amis.

Comme si une divinité supérieure avait voulu réaliser son vœu, à cause d'un mouvement de foule, elle se retrouva projeter vers l'avant. En essayant d'agripper et de protéger sa guitare, elle ne put contrôler sa chute. La jeune femme avait fermé les yeux et ne savait plus du tout où elle se trouvait. Lorsqu'elle les ouvrit, elle était allongée de tout son long sur l'homme en question. Gina resta figée à quelques centimètres de ce dernier, comme si le temps s'était soudainement arrêté. Elle ne savait visiblement pas quoi faire ! Au bout de plusieurs secondes interminables, elle reprit ses esprits et tourna la tête sur le côté.

- Ouf ma guitare n'a rien. fit-elle soulagée avant de reposer sa tête sur le torse de l'homme qui faisait une splendide oreiller. Elle avait complètement oublié le contexte et le monde qui l'entourait.

Voir le profil de l'utilisateur En ligne
 
[Janvier 2002] La piste aux étoiles
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Samedi 21 janvier 2012 découverte des étoiles
» Qu’ils soient un (Message de Jésus à J.N.S.R. le 20 Janvier 2002)
» Plus petit que l'enfant (Message de Jésus à J.N.S.R. le 15 Janvier 2002)
» Mon Eglise est malade (Message de Jésus à J.N.S.R. le 27 Janvier 2002)
» (Janvier 2010) Triangle UFO MUFON, Etats-Unis.


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Blood Red Moon :: Registres :: Chroniques-
Sauter vers: