Une nuit au musée (Institut oriental de Chicago)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
XP :
- 35

Message Sujet: Une nuit au musée (Institut oriental de Chicago)   Ven 10 Nov - 10:43
Il lui arrivait parfois de revenir à l’endroit où il travaillait de son vivant, son bureau était resté à la même place, mais déjà occupé par un autre, ils ne leurs fallut donc pas très longtemps pour remplacer leur jeune et brillant collègue qui n’aurait prétendument pas survécu à sa dernière investigation. Officiellement tué par un gang des rues qui passait par là, en réalité c’était son premier jour dans l’autre monde, le fabuleux monde où tout était surnaturel jusque sa propre personne et il aurait surement eu un frisson d’excitation et la chair de poule s’il était resté du coté du monde plus morne.

Il lui arrivait très souvent d’arpenter le musée de l’institut, possédant la plus titanesque collection de pièces antique du Moyen-Orient. Plus de 100 000 objets rendez vous compte ? Il était comme un gosse dans un magasin de confiseries, voulant tout et ne sachant pas quoi choisir. Ses yeux brillaient entre ; des artefacts venant d’Assyrie, de Mésopotamie, d’Égypte,…Tout ces objets qui avaient été utilisé dans divers rituels de l’époque ou ayant des pouvoirs fabuleux. Bien qu’il ne percevait pas de couleur dans l’aura qui restait désespérément terne, il ne voulait pas y croire, après tout il était jeune, il n’était surement pas capable de réussir « le truc » à chaque coups. Il devait bien le dire c’était vraiment très pratique, lui qui n’était pas un manchot socialement, on pouvait à présent difficilement lui mentir sur son état d’esprit, même avec un visage complètement impassible. Avant il avait une certaine facilité en analysant le non-verbal de son interlocuteur, mais là c’était carrément surnaturel.

Il rit un court moment de bon cœur de la bonne blague qu’il venait de se raconter intérieurement, transporté dans un élan d’euphorie entouré de ce qu’il aimait le plus après les deux personnes qu’il a jamais aimé. Il le pouvait, il était seul, il avait facilement faussé compagnie au pauvre gars qui gardait l’endroit pendant la nuit, qu’il connait bien d’ailleurs, pour avoir déjà discuté avec lui avant, car maintenant ce n’est plus possible, surtout à une heure pareille.


Voir le profil de l'utilisateur
avatar
XP :
- 40
XP utilisée :
- 28

Message Sujet: Re: Une nuit au musée (Institut oriental de Chicago)   Ven 17 Nov - 18:35
Ce qu'il y a d'ennuyeux avec le vampirisme, c'est qu'on ne peut pas se montrer au grand jour. Et donc, plus de musées, plus ou rarement de concerts en plein air, de shoppings entre copines -souvent rentrées à la nuit tombée-, plus de nombreuses choses qui constituaient un quotidien agréablement diurne.

Melody n'aimait pas frauder, mais il avait bien fallu qu'elle trouvât une alternative à toutes ces activités désormais interdites. Entrer par effraction en toute discrétion, se laisser oublier et enfermer -ce qui était plutôt difficile compte tenu de l'attention qu'elle générait à chaque pas-, se tourner vers des loisirs sombres et couverts par le manteau de la nuit.

Un de ces soirs où elle cherchait quelque chose à faire, elle eut une soudaine envie de profiter d'un lieu d'art. Elle s'habilla donc de noir et discret : ballerines noires, légères, leggings noir, un corsage noir prolongé en jupe et fendu à mi-cuisse pour une totale liberté de mouvements, des gants montant jusqu'aux épaules, noirs eux aussi. Son dévolu tomba au hasard sur l'Institut oriental, et elle s'infiltra donc dans ses alentours à l'heure de la fermeture, puis par une porte de service laissée ouverte juste un moment, le temps pour le gardien d'effectuer une pause cigarette.

Ce qu'il y avait de plutôt sympa avec le vampirisme, c'est cette facilité que cela donnait à devenir une ombre, à force de vivre dedans, et l'accroissement des capacités naturelles. Les sens aux aguets, rien ne fut plus facile que d'éviter les mortels et de se glisser au milieu des sculptures, des peintures, des objets en tous genres venus de la lointaine Asie. Un simple rayon de lune suffisait à lui permettre de voir comme un plein jour, avec peut-être quelques couleurs en moins, et ainsi à contempler à leur juste valeur la qualité des pièces exposées.

Elle s'y promenait depuis déjà une bonne demi-heure lorsqu'elle entendit un son clair, organique. Un rire. Un rire bas, comme si on ne voulait pas attirer l'attention. Un rire masculin, joyeux. Un rire dans lequel elle crut déceler peut-être un peu d'amertume aussi. Elle se dirigea vers la source de ce bruit, repéra finalement une silhouette esseulée. Un instant elle se stoppa afin de ne plus entendre les infimes froissements de sa propre tenue, écouta. N'entendit rien. Pas même un battement de cœur.

"Il est rare de trouver de la compagnie à cette heure dans un lieu pareil."

D'un pas lent, assuré, elle se montra à l'inconnu, s'appuya contre l'une des immenses colonnes qui soutenaient l'édifice.

"Le Moyen-Orient semble vous fasciner. Je suis curieuse de savoir quelle salle en particulier. Voulez-vous bien m'accorder une visite ?"



CV : Ici
Cote en bourse : Ici
Cahier des charges : Ici


Dernière édition par Melody "Lys" le Jeu 23 Nov - 19:15, édité 1 fois

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
XP :
- 35

Message Sujet: Re: Une nuit au musée (Institut oriental de Chicago)   Mer 22 Nov - 14:23
L’expression de sa joie n’était pas passée inaperçue on dirait, il venait d’attirer à lui une présence féminine qu'il n'avait encore jamais vu en cet endroit. Une jeune femme amatrice d’art ? Ou comme lui quelqu’un qui se passionnait pour l’occulte.

Oui, en effet, je suis Thaddeus Hall du clan Malkavien, je sui passionné d’antiquités, j’aime revenir ici, surement pacque je travaillais ici dans mon autre vie. Et vous-même mademoiselle ?

L’endroit ne lui appartenait pas à son grand regret, mais il aimait parcourir le musée, à présent il avait le temps, avant il était bien trop pris par son travail. Le fait qu’il avait toujours rêvé de voir la collection complète n’était pas un mot exagéré, il en avait eu littéralement les yeux brillants avant que la vampire s’était annoncée. Mais comme il était peu enclin à montrer ses sentiments, il essaya de ne rien laisser paraitre. Il était malgré tout content de trouver quelqu’un à cet endroit qu’il affectionnait particulièrement.

Une seule salle ? Pourquoi donc se limiter ? Tout, ce qui est ancien et occulte me passionne. Mais si je devais faire un choix, je choisirais la salle Egyptienne. Ca me rappelle les magnifiques voyages et les fouilles que j’ai faits là bas. J’y ai beaucoup de souvenirs heureux. Je peux en effet vous faire visiter les salles si vous voulez, je connais fort bien l’endroit et l’histoire de ces découvertes et vais me faire un plaisir de tout vous exposer.

Il était sincère, il avait appris la pédagogie à force de mener ses conférences, et bien qu’il n’apprécie pas spécialement le dialogue, cela lui faisait plaisir de parler de sujets qu’il maitrise. Tellement d’ailleurs qu’il n’aurait pas refusé le poste de professeur d’histoire et anthropologie. Il fini donc par cette simple conclusion :

Plus que la beauté de l’objet, c’est l’histoire qui est attachée autour qui me passionne le plus. J’ai consacré ma vie à cela, et cette dévotion continue même pendant ma non-vie.

Après ce bref laïus, il invitait la jeune femme à le suivre dans la fameuse sale Egyptienne.

Spoiler:
 


Dernière édition par Thaddeus Hall le Ven 24 Nov - 14:45, édité 3 fois

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
XP :
- 40
XP utilisée :
- 28

Message Sujet: Re: Une nuit au musée (Institut oriental de Chicago)   Mer 29 Nov - 18:43
L'Italienne plissa légèrement le regard. Ou bien elle rencontrait un bel imprudent, ou bien Thaddeus avait des sens tout aussi aiguisés que les siens, ce qui relevait d'un niveau de puissance quand même un brin développé de son point de vue. Elle scruta les contours de son visage : il paraissait plutôt insouciant, voire naïf, mais bien sûr cela pouvait constituer une façade habilement maîtrisée.

"Malkavien ? Vous devriez faire attention, Thaddeus. Les murs ont des oreilles."

Elle le rejoignit près de la vitrine devant laquelle il se trouvait pendant qu'il lui expliquait avoir mené des fouilles en Égypte, son pas de velours rythmant une respiration qu'elle ne possédait plus.

"On m'appelle le Lys. Je suis plutôt dans la Finance, mais j'aime les belles choses. Et l'ancienneté peut être un critère de beauté pour qui sait en déceler l'essence."

D'un geste aussi naturel qu'élégant malgré sa mise sombre d'infiltrée, elle lui tendit le bras afin qu'il le soutienne, comme tout gentleman se devrait de faire. Puis, en prenant soin de ne pas apparaître sur les caméras de surveillance -Mascarade oblige-, ils se dirigèrent vers la salle en question. Melody écouta avec plaisir les explications qu'il avait à donner.

"J'ai aussi un petit faible pour l’Égypte. Elle abritait après tout deux Merveilles fort renommées, et je trouve regrettable que le Phare de Pharos ainsi que le Caesarum, parmi tant d'autres magnifiques édifices, aient succombé aux ravages du temps et des Hommes. Mais enfin, cela leur donne plus encore de valeur, j'imagine."


CV : Ici
Cote en bourse : Ici
Cahier des charges : Ici

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
XP :
- 35

Message Sujet: Re: Une nuit au musée (Institut oriental de Chicago)   Ven 1 Déc - 10:51
Malkavien ? Elle connaissait pour répliquer de telle façon, c’est sur que ça peut être interprété comme un bris de la mascarade alors même que Thaddeus ne savait pas à qui ou quoi il avait encore affaire. Il y avait peu d’options quand à savoir la nature de la jeune femme, mais il préférait s’en assurer.

Malheureusement il n’y parvint pas, le mystère resta donc entier pour sa nature ainsi que ses ressentit actuels. Tout resta gris, et comme toute chose humanoïde qui peut se mouvoir avait au moins une couleur même les esprits, il apparaissait évident que l’utilisation de son pouvoir était loin d’être infaillible. D’un coté déçu par son échec mais content d’avoir de la compagnie qui appréciait les mêmes choses que lui, il sourit à la créature féminine. « Le Lys », bien qu’il ne parlait pas la langue la consonance lui parut française, sans doute ses ancêtres venaient de là.

La beauté de l’essence précisément, leur lecture m’est aussi agréable qu’un bon livre accompagné d’un grand cru. Je suis dans la recherche si l’ont peut dire et ce qui me passionne c’est l’analyse complète d’un objet sur tout les plans.

Elle avait tendu le bras pour qu’il la soutienne, le vampire était d’une apparente froideur naturellement, mais la lecture du non verbal était chose aisée pour lui, il soutint en bon gentleman le bras de sa convive et se dirigèrent doucement vers la salle en question. Il connaissait bien l’endroit pour l’avoir visité maintes fois de son vivant, il savait donc qu’une caméra allait les filmer à la sortie de la salle, elle n’était pas très discrète, mais seulement dissuasive. En partant du principe que « Le Lys » l’avait aussi fait, il prit soin de ne pas apparaitre sur les caméras.

Regrettable en effet, et je n’étais pas là pour les voir de mes propres yeux à mon grand regret. Dans cette collection il y a certains objets que j’ai ramené moi-même, je les considère un peu comme mes enfants. Tenez, voyez ce petit sarcophage, saviez vous que les animaux aussi étaient momifié et placé dedans ? Le lézard est d’ailleurs associé à Atoum le dieu créateur.



Il y avait longtemps qu’il n’avait pas pu montrer des antiquités comme quand il faisait des conférences, ça lui avait manqué. Il s’arrêta devant une petite pierre qui ressemblait à une brique et continua ses explications.

Voici ce qu’on appelle les briques magiques, il paraîtrait que ce qui est inscrit dessus est le sort numéro 151du livre des morts. Elle est faite de boue séchée au soleil, et n’est malheureusement pas magique malgré son nom.





Il émit un petit soupir de déception, il est vrai que quand il l’avait étudié dans ses années de vie, il avait été particulièrement désappointé de ne pas même trouver une infime trace de magie sur ce caillou alors que son nom est terriblement évocateur.

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
XP :
- 40
XP utilisée :
- 28

Message Sujet: Re: Une nuit au musée (Institut oriental de Chicago)   Mer 6 Déc - 20:18


Les deux créatures de la nuit prenaient leur temps afin de savourer leur visite nocturne tout en ne laissant aucune trace de leur passage. La présence de Thaddeus, petite inconnue dans l'équation que l'Italienne n'avait pas prévu, s'avéra finalement agréable par le savoir qu'il apportait à ce qui aurait été sinon un parcours silencieux et dénué de richesse historique. Pendant un temps, la belle jeune femme s'était intéressée à ce pays si mystérieux que l’Égypte ancienne, et de ce fait connaissait déjà les bases de ce que lui expliquait son guide. Pourtant, elle ne l'interrompit jamais et se laissa porter par sa voix de professeur magistral et d'explorateur. Il semblait avoir parcouru beaucoup de chemin et il eut été idiot de le priver du plaisir d'en partager les saveurs.

Ils finirent plusieurs arrêts, dont un plus long près d'une paire de briques gravées de multiples signes que Melody se trouvait incapable de déchiffrer. D'après les termes qu'il employait, Thaddeus se trouvait dans la même situation, mais ses derniers mots lui laissèrent penser qu'il connaissait un moyen catégorique d'affirmer ses dires. Cela attira son attention.

"Comment pouvez-vous être sûr qu'elles ne le sont pas ? Certains prétendent que la magie se trouve dans le regard de ceux qui y croient, tout simplement. Peut-être abandonnez-nous trop vite."

Elle sourit, posa un regard plus insistant sur les briques sans jamais connaître le fin mot de l'histoire. Elle fit quelques pas en silence devant les vitrines, admirant des pièces vieilles de plusieurs millénaires avec un plaisir non dissimulé.

"Venez-vous souvent ici, Thaddeus ? Vous paraissez à la fois habitué de l'endroit et avare d'y revenir encore et encore, et encore... Non pas que ce soit une mauvaise chose, mais ne craignez-vous pas qu'à trop fréquenter le même endroit on finisse par vous remarquer ?"


CV : Ici
Cote en bourse : Ici
Cahier des charges : Ici

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
XP :
- 35

Message Sujet: Re: Une nuit au musée (Institut oriental de Chicago)   Lun 11 Déc - 15:48
Une personne peu ordinaire même s’il n’avait pu déterminer sa nature. Et une question piège, peut-être savait-elle que c’était possible de le déterminer aussi facilement que quand on pose son regard sur un objet. De l’extérieur, c’est ce que ça donnait en tout cas.

Pas que ces briques sont fausses loin de là, mais je ne sens pas effectivement cette étincelle, bien que j’y crois dur comme fer, et que mon regard m’ai fait défaut ces derniers temps. Je vous l’assure, même quelqu’un qui n’y croit pas à la base changerait complètement d’avis après avoir vu les merveilles que j’y ai vu. J’y croyais étant petit, j’y crois encore plus à présent.

C’est drôle, de l’extérieur, en la regardant, il lui semblait voir ce que les gens observaient quand il l’utilisait, rien de sur, mais ce regard insistant ressemblait à ce qu’il savait faire en tout cas.

Qu’importe, la jeune femme s’amusait sincèrement en cet endroit et ne le cachait pas, peut être ce regard insistant lui avait déjà indiqué la réelle nature de Thaddeus et elle ne voyait en lui aucune menace. Elle aussi était interrogative quand à la présence du vampire autant que lui-même.

Je suis habitué car comme je l’ai dit j’ai beaucoup travaillé à cet endroit, je connais bien les sécurités qu’ils ont installés et puis je sais me faire extrêmement discret. Je viens assez souvent, mais pas tout les jours non plus, vous avez raison c’est dangereux si on voit mon visage, même les vigiles me connaissaient. J’ai du démissionner pour un problème de santé si je puis dire.

Tout en essayant de rester subtil dans ses allusions, et il espérait l’être un peu en tout cas, il essayait de voir comment allait réagir la jeune femme à ces paroles nébuleuse. Il suivait également son conseil qui lui avait rappelé à juste titre que les murs ont des oreilles.

Et vous venez souvent ici ? Je ne pense pas vous avoir déjà vu ici, quel est votre propre lien avec cet endroit si ce n’est pas indiscret ? Ne retirez vous qu’une appréciation visuelle de cette période de l’histoire ? Ou cela vous rapporte plus que ça ?

Il s’attendait à ce qu’elle réponde avec un silence, mais plus il parlait avec Lys, plus sa curiosité naturelle prenait le dessus.

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
XP :
- 40
XP utilisée :
- 28

Message Sujet: Re: Une nuit au musée (Institut oriental de Chicago)   Mar 12 Déc - 18:41
Sourire était un geste d'une extrême facilité pour Melody, habituée à ce qu'on la regardât presque tout le temps, à satisfaire les appétits visuels sans forcément les écraser. Pourtant, ce sourire-là ne lui demandait aucun effort, sincère à tous les égards. Imaginer un Thaddeus miniature en quête de merveilles se révélait assez aisé quand on regardait la fascination que les objets de la salle exerçaient sur lui, et probablement ceux de toutes les autres salles également.

"Vous revenez en cachette, de nuit, dans un endroit que vous fréquentiez auparavant mais que vous avez dû laisser tomber... Si je n'étais pas moi-même en votre compagnie à cet instant, je jurerais que vous êtes un cambrioleur fétichiste !"

Un bref éclat de rire, suivi d'un regard malicieux et empreint de défi.

"Et vous êtes si discret que vous attirez à vous une étrangère quand celle-ci se permet une petite sortie culturelle. Je serais curieuse de voir combien de temps met quelqu'un que vous espionnez à se rendre compte de votre présence !"

Moqueuse, elle tendit l'oreille vers la salle adjacente, et en l'absence de signe de vie commença à y diriger ses pas afin de continuer la promenade. Comme elle l'attendait, Thaddeus rebondit sur ses paroles pour demander la contrepartie des informations. Elle l'invita à le suivre, observa de nouvelles pièces d'art avant de se tourner vers lui pour répondre :

"Je suis souvent passée devant, mais c'est la première fois que je visite le musée. Et comme je suis quelque peu agoraphobe, j'ai préféré venir quand il n'y avait personne, solo. Si cela me rapporte quelque chose, je dirais... un enrichissement culturel ? Je vous l'ai dit, j'aime les belles choses. Faut-il une autre raison ?"


CV : Ici
Cote en bourse : Ici
Cahier des charges : Ici

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
XP :
- 35

Message Sujet: Re: Une nuit au musée (Institut oriental de Chicago)   Mer 3 Jan - 15:52
Fétichiste peut être, mais cambrioleur surement pas, les objets sont fait pour être vu par tous et toutes, pas pour être jalousement gardé et regardé par un nombre restreint de personnes. La seule raison pour laquelle je soustrayais dans mon travail ces objets, c’était pour les analyser en profondeur, puis je les remettais dans ce musée même. J’ai du arrêter pour cause…de santé. Vous avez raison sur un point, je suis littéralement amoureux de ce genre d’objet, je les considère comme des enfants à qui ont doit faire attention et prendre soin.

Une envolée lyrique qui arracha un sourire un peu fou au visage du vampire, on aurait presque pu croire qu’un acteur était en train de réciter un monologue convainquant de véracité sur le hobby obsessif du personnage qu’il était en train de jouer. Sa phrase était basse mais les flammes de la passion y étaient.

Croyez moi, quand je le veux vraiment je suis très discret, j’ai cette facultés à m’effacer très facilement, à me fondre dans les ombres. Je pensais être seul, et le garde n’est pas tout près, c’est pour ça que je me suis permit cette petite effusion de joie voyez-vous ?

Il avait vite repris son sérieux devant l’air malicieux de la jeune femme qui visiblement ne le prenait peut être pas très au sérieux. La moue un peut moqueuse elle s’arrêta donc un instant pour écouter si la pièce adjacente était occupée, mais rien évidement elle commença donc à s’y diriger. Elle était à présent en train de regarder les œuvres d’art de la prochaine pièce puis se tourna pour répondre à sa curiosité. Il écouta attentivement la réponse, son visage ayant repris son habituel air impassible.

Agoraphobe…oui, bien sur, je le suis un peut également, je préfère travailler et être seul que mal accompagné. Quand je suis forcé d’affronter une foule je ne le fait pas par plaisir, que ce soit pour dispenser mon savoir ou traverser une foule. Il ne faut pas une autre raison, celle là suffit, il n’y en a besoin que d’une seule, et elle est tout à fait louable et admirable.

Il n’en dit pas plus, il se tourna lui aussi vers les objets et se mit lui aussi à les observer pensivement.

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
XP :
- 40
XP utilisée :
- 28

Message Sujet: Re: Une nuit au musée (Institut oriental de Chicago)   Mar 9 Jan - 20:47
La Torréador consolida le silence de son œil expert posé sur les anciens parchemins, les restes de poteries, les statuettes à l'effigie des dieux Égyptiens. Le Malkavien à ses côtés lui apparaissait naïf, curieux, peut-être même trop, mais en aucun cas sa "discrétion" n'apparaissait à son regard. D'entre eux deux, c'est elle qui l'avait surpris, et elle encore qui jouait la carte de la finesse. Savait-il qu'elle n'était plus mortelle ? Elle en doutait. Ou, si par quelque moyen que ce soit il l'avait deviné, il ne savait pas comment se servir de cette information pour aborder les sujets les plus intéressants, à son grand dam.

"Étant donné l'empressement que vous mettiez à me présenter votre travail et votre savoir, j'étais loin de penser que vous détestiez la foule. Vous me semblez, au contraire, quelqu'un d'extraverti et plein d'entrain quant à partager avec autrui. Vous pourriez sans peine sortir au grand jour dans la rue pour déclamer un poème sur ce musée."

Encore que les poèmes ne devaient pas être sa tasse de thé, son langage ne possédait pas le raffinement et l'éloquence des maîtres de la rhétorique, ni même les intonations favorables au lyrisme.

"A moins que vous ne préfériez la magie. La "vraie" magie qui animerait les briques du Livre des Morts. Oui... Un prestidigitateur."

Elle fit mine de rabattre une cape inexistante autour d'elle, pour mieux libérer un vol de colombes imaginaires dans sa direction.

Elle espérait qu'il réagît un peu plus explicitement cette fois, afin de confirmer ses soupçons ou de les balayer. Si n'était pas le cas, la rencontre finirait écourtée, les heures passants trop vite pour qu'elle pût admirer toutes les œuvres de l'endroit. A ce propos, son regard s'attarda sur une série de bracelets d'or pur, caressa les symboles hiéroglyphiques et leur texture qu'elle imaginait froide et solide, pour mieux ensuite ausculter une statue de Sekhmet.

La Florentine détailla la pièce avec une précision avisée, puis se dirigea vers la suivante en tenant toujours Thaddeus dans sa zone de conscience. Savait-on jamais.


CV : Ici
Cote en bourse : Ici
Cahier des charges : Ici

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
XP :
- 35

Message Sujet: Re: Une nuit au musée (Institut oriental de Chicago)   Lun 15 Jan - 14:40
Elle semblait tenter de tirer les vers du nez de Thaddeus, un peut comme lui en somme ses questions étaient assez ciblées pour qu’il reste sur le fil tout en essayant de ne pas rompre la mascarade car oui son échec sur son pouvoir, ne lui permettait pas de savoir à qui il avait à faire. Cela pouvait être effectivement une vampire comme lui ou une mortelle trop curieuse en quête de scoop. Dans le second cas il ne devrait pas avoir trop de mal à la neutraliser. Il commençait cependant à pencher sur la première solution.

Sortir en plein jour ?

Une fraction de seconde d’effrois lui parcouru le visage, une personne avertie sur le non verbal le remarquerait sûrement et son interlocutrice avait l’air de l’être.

Je ne déteste pas la foule, mais ne la fréquente pas plus que nécessaire, mais tout cela est fini, je ne peux plus sortir au grand jour sans subir d’atroces brûlures. A long terme mortelles pour moi. Je suis ce que l’ont peut appeler, une créature de la nuit.

C’était très risqué, mais le large éventail de connaissance du vampire pouvait prétexter parler de Photo toxicité ou de photo allergie à un degré très élevé si c’était une mortelle. Ce qui est bien avec le monde moderne c’est que l’ont peut expliquer tellement de choses que les phénomènes occultes deviennent de plus en plus évident, car quand rien ne s’explique par la science, ca peut très vite entrer dans le domaine du surnaturel.

Je ne suis pas un maître de l’oration, je suis un chercheur, je préfère analyser un texte pour trouver un indice plutôt que de le déclamer.


La vraie magie disparait quand on connaît le truc, je préfère analyser les tours que je ne connait pas pour les comprendre, et puis l’utilisation de ces briques était à l’époque plus compliqué qu’un simple tour de passe-passe si je puis me permettre. On peut même dire qu’il s’agit de forces qui nous dépasse. Croyez-vous au surnaturel mademoiselle ? Là bas j’ai découvert des choses inimaginable pour un esprit complètement cartésien, les fameuses malédictions des momies ne sont pas tant un mythe que ça en réalité. Peut être même qu’une partie de la population de cette ville est capable de faire des choses plus incroyables que de simples petits tours de prestidigitateur. Comme par exemple déterminer d’un regard la réelle nature d’une personne ou connaitre son état d’esprit aussi facilement que de distinguer les couleurs d’un tableau, peut être même qu’un de nous deux est capable de le faire hein ?


Son discours comme au début devenait un peut plus fort et enflammé comme au début, il faut dire que sa marotte lui tenait à cœur, il murmurait mais avec force et conviction. Thaddeus souriait à pleine dent mais prenait évidement soin de ne pas dévoiler ses canines, de toute façon une humaine ne s’en sortirait surement pas face à lui, il devrait être capable de la figer de terreur et s’il le fallait l’égorger et abandonner le corps. Mais si c’était effectivement une congénère comme il le pensait alors la nature du jeune rouquin devait être plus explicite.

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
XP :
- 40
XP utilisée :
- 28

Message Sujet: Re: Une nuit au musée (Institut oriental de Chicago)   Jeu 25 Jan - 19:09
"Il va falloir accorder votre piano, giovanotto. Soit vous êtes agoraphobe, soit vous ne détestez pas la foule. Et j'en sais assez sur la xeroderma pigmentosum, ne vous donnez pas cette peine. Voilà déjà plusieurs fois que vous me dites qui vous êtes, je n'ai pas besoin de vous entendre détailler plus. Je vais cependant vous donner un conseil : prenez des cours de théâtre. Vous en avez grandement besoin, votre improvisation est déplorable. Dans le cas contraire, je peux braquer des yeux moins indulgents que les miens sur vous. Je pense que vous êtes suffisamment intelligent pour comprendre, n'est-ce pas ?"

Elle lui sourit, mais cette fois son expression était un peu plus froide et sérieuse qu'auparavant. Thaddeus s'approchait dangereusement de l'indice de trop, et si elle n'était ni Shérif, ni Primogène, elle pouvait tout de même mesurer le danger que représentait un vampire aussi bavard au regard de la Camarilla. Néanmoins, elle se trouvait dans le musée pour se détendre, se cultiver, non pour juger et punir. Connaissant ce bon vieux Blackjack, il était même peut-être déjà sur le coup.

La belle continuait de visiter en prenant garde aux rondes des vigiles, aux caméras, à l'heure qui passait comme l'eau dans le cours d'une rivière. Le Malkavien pouvait-il faire autre chose de ses nuits que repasser sans cesse le film d'une ancienne vie de recherche et d'aventure ? C'est ce qu'elle essayait de découvrir, mais pour l'heure les réponses qu'elle obtenait ne la satisfaisaient pas le moins du monde.

"Parlons de choses plus sérieuses voulez-vous ? Quelles sont vos aspirations actuelles ? Richesse ? Savoir ? Influence ? Amour ? Je peux potentiellement vous contenter si vous me prouvez que vous êtes quelqu'un d'efficace, et surtout moins engourdi que vous en avez l'air maintenant. Qu'avez-vous à offrir qui pourrait me distraire ?"


CV : Ici
Cote en bourse : Ici
Cahier des charges : Ici

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
XP :
- 35

Message Sujet: Re: Une nuit au musée (Institut oriental de Chicago)   Mer 7 Fév - 15:46
Évidement dans sa tentative d’essayer de tirer les vers du nez il venait de se contredire lamentablement. Le but était effectivement qu’elle comprenne et apparemment c’était à présent le cas, il en était désolé d’avoir insisté aussi lourdement, mais il devait être sur que ce n’était pas une simple mortelle qui se trouvait en face de lui, tout ça ne se serrait pas produit s’il avait été capable d’utiliser correctement sa discipline. Il devait temporiser en lui donnant quelques explications. Il sourit légèrement juste avant de lui répondre.

Veilliez me pardonner ma chère, je voulais être sur que vous ne faite pas partie de la même espèce que les deux millions qui vivent dans cette ville. Je suis normalement plus fin pour déterminer la vraie nature d’une personne, mais là je suis désolé je n’ai tout simplement pas réussite manque de pratique sans doute. En effet je n’ai jamais su improviser j’avais mon discours complet noté sur mon pupitre, j’ai l’avantage d’avoir une excellente mémoire par contre, ce qui fait que cela servait surtout de roue de secours. Oui bien sur et je vous remercie de l’indulgence dont vous faite preuve par rapport à une pair d’yeux qui le serait certainement moins.


Il lui rendit un sourire timide. Il était embêté de cette situation et il commençait à déplaire à la jeune femme. Il l’avait senti dans son regard moins doux et bienveillant qu’auparavant. Il le regrettait, une si belle rencontre qui pouvait potentiellement finir en eau de boudin. Heureusement elle changea de sujet comme pour mettre elle aussi terme à cette situation qui sentait mauvais le malaise.

Celles du moment et qui ne risquent pas de changer je pense. Mon inspiration est avant tout le savoir, la connaissance c’est elle qui me guide. Il est certain que pour moi particulièrement cet endroit à un parfum de nostalgie, mais fort heureusement pour moi, je ne suis pas écrasé par le poids de la mélancolie et à me morfondre dans mon passé. Je m’intéresse aux objets avec une histoire occulte. La collection du musée est vraiment très impressionnante et ils se renouvellent encore assez régulièrement. C’est le meilleur moment pour les observer de tout près. En quoi je pourrais vous être utile ? He bien je suis certainement capable d’identifier si un objet est un vrai où une reproduction ça devrait être utile pour connaitre sa réelle valeur, de même si quelque chose de particulier se dégage d’un objet, cette impression que l’ont à quand on sait que cet objet n’est pas ordinaire et qu’il est imprégné de quelque chose d’occulte.

A vrai dire il n’était pas sur que ça fonctionnait aussi simplement que ça sur les objets, il n’avait jamais eu réellement l’occasion de le tester, mais si on pouvait voir des étincelles dans l’aura d’une personne « magique », il en déduisait que c’était surement pareil pour un objet « magique ».

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
XP :
- 40
XP utilisée :
- 28

Message Sujet: Re: Une nuit au musée (Institut oriental de Chicago)   Sam 17 Fév - 20:34
Il avait vraiment la comprenette difficile celui-là... Elle en était presque à lui souffler ses réponses pour qu'il réagît un minimum, et le voilà qui se confondait en excuses, encore, en justifications superflues, encore, et en palabres interminables. Où était dans tout cela, la passion, le rythme, le grain de sel qui rendait une rencontre inoubliable et si éphémère à la fois ?

Elle resta interdite plusieurs secondes, son regard se posant sur un morceau de papyrus dans une vitrine tandis qu'elle méditait l'information qui l'intéressait. Dans un geste plus habituel que véritablement aguicheur, elle croisa les bras sous sa poitrine, mettant du même coup celle-ci en valeur. Ses cheveux lisses tombaient impeccablement de façon à caresser son épaule et son bras sans les couvrir, un rayon de lune éclaira d'un reflet pâle ses yeux naturellement mordorés. Et tout en songeant à la situation dans laquelle se trouvait Chicago actuellement, elle tint la pose, plusieurs secondes, avec une immobilité si parfaite qu'on aurait pu la prendre pour une madone sculptée dans du marbre.

Puis soudain, le charme se brisa et la Florentine revint à sa conversation :

"Y a-t-il des contraintes à ce don ? Le contact avec l'objet en question ? Un temps pendant lequel vous devez le tenir ? Une limite d'utilisation prolongée ? Pouvez-vous identifier son propriétaire, ou même qui l'a touché en dernier ? Je dois avouer qu'après vos discours sur l'aventure je m'attendais à quelque chose d'un peu plus grand. Mais on ne choisit pas ses dons, après tout. Dans l'immédiat je ne vois pas comment utiliser ce talent productivement, mais cela viendra probablement plus tard."

Un bruit sourd venant du dehors attira son attention, comme un gong ou la cloche d'une église. Ou peut-être son instinct lui soufflait-il de surveiller l'heure une fois de plus. Elle tourna aussitôt le regard vers l'une des horloges du musée, sa vue nocturne lui permettant de distinguer parfaitement les aiguilles, pour découvrir qu'une deuxième heure venait de s'écouler depuis son arrivée ici.

"Il va me falloir rentrer à présent. Je pense que nous nous recroiserons. Bonne nuit, Malkavien."

Sans empressement elle lui fit un simple signe de la main puis se détourna pour emprunter le chemin en sens inverse. Il ne serait pas bien difficile de duper les vigiles une seconde fois, mais mieux valait prendre son temps pour le faire bien, et silencieusement.


CV : Ici
Cote en bourse : Ici
Cahier des charges : Ici

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
XP :
- 35

Message Sujet: Re: Une nuit au musée (Institut oriental de Chicago)   Mer 21 Fév - 13:56
Elle semblait quelque peu lassée mais finalement intéressée par l’énoncé de son don, autant en profiter. Il sera mis en relation plus souvent avec de potentiels objets magiques, ce serait tout bénéfice pour lui.

Elle resta interdite quelques secondes, sans doutes les paroles et là façon d’être de Thaddeus. Puis un peu avant de se remettre à bouger normalement, elle semblait quelques instants en pleine réflexion intérieure.

Pour ce don seul le fait de le voir suffit, la couleur qui émane de l’objet ou de la personne me permet de le déterminer. Je n’ai pas vraiment de limite de temps d’utilisation, mais je dois le réactiver pour chaque différents objets et, ou bien de personnes. Je ne peux pas encore faire les autres utilisations que vous me demandez, mais si je persiste à utiliser ce pouvoir, je devrais être bientôt en mesure de faire ce dont il est question, à savoir à qui a appartenu l’objet, qui l’a tenu en dernier, ca marche un peu comme une divination, on ressent des émotions, des bruit ou une odeur de parfum, c’est à moi de faire le lien et si je m’y prend vraiment parfaitement, ce que je verrais et ressentirait sera très clair.

Un bruit sourd se fit entendre, ils regardèrent instinctivement l’horloge au fond de la salle qui était plongée dans la pénombre, le Malvak maitrisait l’intensification des sens mais visiblement il n’était pas le seul, la jeune femme réagit de la même manière au même moment. C’est intéressant, maitrisait-elle également le premier don de l’Auspex comme lui-même ? Etais-ce un autre pouvoir ? Peut importe, soit elle voulait quelqu’un qui pouvait lui donner un second avis sur la lecture d’un objet, soit elle ne le maitrisait pas encore comme lui également, ou soit c’était un autre style de don qu’il ne connaissait pas.

Soit, l’heure était déjà bien avancée, il ne devrait pas tarder à rentrer, évidement par ses paroles, elle montra aussi que c’était sa priorité.

Bonne fin de nuit, en effet, je serais ravi de nous recroiser, soyez assurée que je vais m’entrainer afin de maitriser ce don dont nous avons parlé.

Elle quittait doucement la pièce tout en faisant un signe de la main, il fit pareil et activa sa dissimulation hors champ des caméras éventuelles et de sa vue, se fondant dans les ombres du musée maintenant silencieux comme il s’en était vanté à son interlocutrice auparavant. Les bruits étouffés aux alentours montraient bien que le dialogue entre eux deux s’était passé sans vraiment attirer l’attention.

Voir le profil de l'utilisateur
 
Une nuit au musée (Institut oriental de Chicago)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nuit des Musées le 17 mai 2014 : Des sugggestions de sorties en lien avec l'éducation.
» MINÉRAUX ET NUIT DES MUSÉES SAMEDI 19 MAI 2012
» La nuit des musées au chateau de VERSAILLES...
» La nuit européenne des musées — 7ème Édition
» Nocturnia la nature la nuit


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Blood Red Moon :: Chicago :: Secteurs :: Secteur Est-
Sauter vers: