[Septembre 2002] La belle et les bêtes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
XP :
- 55
XP utilisée :
- 41

Message Sujet: [Septembre 2002] La belle et les bêtes   Jeu 23 Nov - 0:43

Septembre 2002 – Secteur sud


Cela faisait un peu plus de quatre ans que Gina avait posé ses valises sur Chicago. Quatre ans à essayer de percer dans la musique. Quatre ans à voir toutes les portes se refermer. Quatre ans à vivre de petits boulots. Quatre ans. Putain c'était long.

Gina vivait depuis près d'un an dans les quartiers sud de la ville. L'appartement n'était pas de standing mais était largement assez grand pour abriter deux jeunes femmes dans la force de l'âge. Elle vivait avec une afro-américaine prénommée Candace, de quelques années son aînée. Cette dernière était devenue sa meilleure amie assez rapidement. Les deux jeunes femmes avait un train de vie relativement similaire. Sa colloc' bossait comme serveuse dans un bar du centre-ville mais sa véritable passion résidait dans le milieu associatif. Elle passait littéralement tous ses weekends à défendre des causes diverses et variées. Gina avait rapidement été mise à contribution au fil des années même si elle n'était pas vraiment du genre à embrasser une cause. Elle appréciait toutefois l'énergie positive et la résolution qui régnaient dans de tels rassemblements.

En ce Samedi de Septembre 2002, elle avait suivi Candace dans ses pérégrinations.

Un petit groupe d'une dizaine de femmes s'était réuni chez l'une d'entre elles dans ce qui servait de quartier général. L'association du jour était une branche de PETA qui défendait la cause animale et plus particulièrement l'élevage intensif d'animaux en vue de leur extraire leur fourrure. C'était une cause qui revenait à la mode tous les dix ans depuis les années 70. Gina était une volontaire et se chargeait principalement des petites tâches ingrates comme la couture, la fabrication de banderoles ou encore de flyers. Les chefs du mouvement avaient embauché un photographe et prenaient la pose devant lui. Le professionnel n'avait pas l'air emballé par ce qui se trémoussait devant lui et commençait à désespérer. Bénévole, il n'allait certainement pas gagner en notoriété avec ses clichés. Alors que tout semblait fichu, il remarqua finalement Gina qui s'apprêtait à partir. Il lui demanda de faire quelques essais. Poussée par Candace, elle se mit dans la lumière.

Gina commença ainsi à prendre les poses qu'exigeait le photographe, se laissant guider par la voix de ce dernier et par son instinct de femme. Contrairement aux autres, la native de New York était relativement à l'aise avec son corps. Si elle n'avait ni la beauté, ni l'expérience des mannequins posant dans les magazines, elle avait ce petit truc qui attirait les regards. Visiblement stimulé par son modèle, le photographe se fit plus audacieux. Et bientôt Gina se retrouva complètement nue, recouverte du cadavre factice d'hermine sur les épaules en guise de manteau. Une image choc qui plut immédiatement à tout le monde. Si Gina se prit au jeu et apprécia l'expérience, elle ne se doutait pas une seconde que cette dernière allait chambouler toute sa vie !

Une semaine plus tard, l'affiche était placardée dans toute la ville, affublée d'un slogan volontairement provocateur.



I live my life in the fast lane. Can you keep up ?

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
XP :
- 55
XP utilisée :
- 41

Message Sujet: Re: [Septembre 2002] La belle et les bêtes   Ven 24 Nov - 0:20

Septembre 2002 – Centre-ville


Cela faisait presque trente ans qu'Esteban voyait la vie en gris. Trente ans qu'il s'était posé à Chicago en quête d'une muse que jamais il ne trouva. Il se désespérait de trouver un semblant de couleur dans un monde qui en était dénué.

Comme à son habitude, le Toréador arpentait le macadam du centre-ville en quête d'une gloire passée. Il était comme éteint, sans vie. Son regard était hagard et quittait rarement ses chaussures, comme si le poids des ans était devenu trop lourd à porter. La fin de la nuit approchait. Il faudrait bientôt rentrer à la maison pour se coucher. Il se lèverait le lendemain entamant un nouveau cycle de cette vie immortelle sans saveur. Pourtant, il fut un temps où le caïnite croquait la vie à pleines dents.

Esteban a vu le jour au XIXe siècle en Californie au plus fort de la colonisation espagnole. Il était alors un jeune Don et possédait des terres offertes à sa famille pour services rendus à la couronne. Si il n'a jamais excellé dans le domaine militaire, sa verve et ses talents artistiques firent de lui un seigneur important et respecté de la région. Ses toiles romantiques largement inspirées de son mentor Goya tapèrent dans l’œil de plusieurs vampires. Ce fut finalement un Ancilla dénommé Modius qui lui offrit la vie éternelle le jour de ses 30 ans.

Malheureusement, comme dans beaucoup de cas, son talent ne survit pas à sa mort. Sa nouvelle condition lui enleva toute créativité et il fut rapidement oublié. Son Sire ne s'attarda pas et passa à autre chose, à une autre passade. Esteban erra pendant près d'un siècle, cherchant un moyen de retrouver son envie de vivre, sa passion. Il retrouva finalement celle-ci à New York dans les années 1960 auprès d'un jeune artiste répondant au nom d'Andy Warhol. Il accompagna ce dernier pendant presque vingt ans jusqu'à ce que la non-vie et la réalité reprenne le dessus et le plonge à nouveau dans l'abîme.

Depuis une dizaine d'années, Esteban avait délaissé la peinture pour la photographie. Un domaine qui offrait énormément de possibilités et bien plus accessible au tout venant. Malheureusement, si son âme allait mieux, cette dernière peinait toujours à s'enflammer. Tel les plus grands artistes à travers les âges il lui manquait l'étincelle qui mettrait le feu aux poudres, la muse qui inonderait son esprit de la force créatrice. Alors qu'il rentrait à son domicile, son regard se posa sur une gigantesque affiche éclairée par d'immenses projecteurs. On y voyait une femme blonde dans le plus simple appareil portant un cadavre d'animal sur les épaules. Le regard azuré de cette femme le transperça de part en part et le figea sur place, visiblement dans une sorte de transe.

Esteban n'émergea de sa léthargie que quelques heures plus tard, sauvé des premiers rayons du soleil par le vacarme assourdissant des éboueurs qui passèrent à proximité. Pas top glamour... Il fonça chez lui méditer sur cette découverte. Le Torédor se réveilla le lendemain plein de vitalité pour la première fois depuis longtemps. Il s'empressa d’appeler ses contacts. Il devait trouver cette femme !



I live my life in the fast lane. Can you keep up ?

Voir le profil de l'utilisateur
 
[Septembre 2002] La belle et les bêtes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» NRP :septembre 2002
» Les délires ufologiques de Jaime Maussan
» Belle fête de Notre Dame du Rosaire !
» Rendre grâce par une belle pensée en ce mois de Septembre
» Soleil, eruption solaire, la terre la échappé belle


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Blood Red Moon :: Registres :: Chroniques-
Sauter vers: